Banque
- 742 vues -

PERP : quels attraits pour les épargnants ?

Le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire) est un moyen qui permet de se constituer une retraite complémentaire à titre individuelle, et ce, par capitalisation. Après une période d’épargne, le capital constitué est converti en rente viagère versée jusqu’à son décès. Les sorties en capital sont l’exception et sont limitativement encadrées.

Qui peut se souscrire à un PERP ?

Tout contribuable majeur fiscalement domicilié en France peut adhérer à un PERP, indépendamment de l’exercice ou non d’une activité professionnelle et sous réserve de ne pas avoir fait valoir ses droits à la retraite.


Des avantages fiscaux

L’adhésion à un PERP permet de bénéficier d’avantages fiscaux :

- pour l’Impôt sur le Revenu (IR), les sommes versées sont déductibles chaque année du revenu imposable du foyer fiscal, dans la limite du plafond global prévalant à tous les dispositifs de retraite sur-complémentaire ;
- l’épargne accumulée bénéficie, pendant toute la période d’épargne, d’une exonération totale d’ISF, à l’exception des primes versées après 70 ans ;
- pour les couples soumis à une imposition commune (époux ou partenaires pacsés), lorsque l’un des deux n’a pas utilisé l’intégralité de son plafond individuel de déduction, l’autre peut bénéficier du solde du plafond de déduction non utilisé par son époux ou partenaire, ce, en plus de son propre plafond.
Aussi, l’enveloppe de déduction fiscale non utilisée une année donnée peut être reportée au cours de l’une des trois années suivantes, ce qui favorise les personnes qui ont des revenus sont variables.

Le PERP est donc un produit à redécouvrir

Les revenus perçus sont soumis à l’IR lors de la sortie du PERP en rente. Il convient évidemment d’ajouter les prélèvements sociaux dus au jour de leur perception. A la cessation d'activité professionnelle et arrivée à l’âge légal de retraite, la valeur de capitalisation des rentes viagères constituées dans le cadre d'un PERP moyennant le versement de primes dans leur montant et leur périodicité sur une durée minimum de 15 ans est exonérée d’ISF. Et en cas de sortie en capital lors de la retraite, ce capital est imposable à l’IR dans la catégorie des pensions. Il peut bénéficier d’un système de quotient spécifique, mais est soumis aux prélèvements sociaux.

Soumettez un commentaire relativement à notre post si vous voulez réagir.

Les news

  1. 15 Janv. 2021Quel mécanisme pour un investissement Girardin industriel ?46 vues
  2. 9 Août 2019Quels sont les frais quand on fait une donation à un enfant ?405 vues
  3. 16 Sept. 2018La loi Girardin industriel outremer : pour quel type d’investisseur ?916 vues
  4. 14 Sept. 2018Savez-vous ce que prépare le gouvernement avec la future loi PACTE ?570 vues
  5. 26 Août 2018Secret bancaire : échange automatique d’information depuis 2017 au Liechtenstein878 vues
  6. 20 Déc. 2017On vous parle de la défiscalisation, FCPI et FIP964 vues
  7. 30 Oct. 2017Ouvrir un compte bancaire offshore, comment s’y prendre ?844 vues
  8. 2 Sept. 2017Ouvrir un compte en quelques minutes grâce aux néo-banques1299 vues
  9. 15 Juil. 2017Gestion de patrimoine à Paris731 vues
  10. 14 Mai 2017Mais que se passe-t-il à la bnp ??959 vues
  11. 29 Mars 2017Faut-il faire confiance aux banques en ligne ?943 vues
  12. 2 Mars 2017Crédit en ligne : réponse immédiate !1054 vues
  13. 14 Oct. 2016Les qualités d’un contrat PERP751 vues
  14. 11 Oct. 2016Assurance-crédit immobilier : faut-il toujours jouer sur la concurrence ?902 vues